Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au Spiritain Riant

L'oraison : une affaire bien simple

20 Mai 2016 , Rédigé par Tristan Publié dans #Et la spiritualité alors

L'oraison : une affaire bien simple

Je ne sais pas prier ! Pas d'inquiétude. François Libermann, grand maître spirituel vous répond en toute simplicité.

L'oraison, voilà, une grande affaire, mais une affaire bien simple..
Elle doit consister dans un repos simple, paisible
et plein de confiance devant Notre Seigneur;
voilà tout.

Il ne faut pas chercher beaucoup de réflexions, ni produire beaucoup d'affections.

Il ne faut pas qu'il n'y ait rien de forcé de votre part.
Tenez vous devant Jésus,
comme un pauvre misérable devant son père, pas davantage...
tenez vous devant lui avec la volonté d'être ainsi à sa disposition.
Contentez vous d'un regard de l'âme vers lui, de temps à autre, dans cette intention.
Dans le cours de la journée, la même chose;
de temps à autre, un regard sans effort,
mais dans la vue d'être à lui
et dans la vue de notre pauvreté;
mais toujours avec paix
et dans le désir calme d'être à lui, tel que vous êtes.

Ne cherchez pas davantage.

Demeurez présent à l'Esprit Saint
Rentrez dans le plus profond de votre intérieur et n'en sortez jamais,
Si vous faites cela, votre joie sera pleine
et la paix de notre Seigneur Jésus Christ inondera votre âme...

Car, tant que vous resterez ainsi retiré dans le fond de votre intérieur, vous y trouverez toujours l'Esprit Saint
qui vous élèvera et vous transportera sur le sommet de la montagne d'amour que Notre Seigneur a bâti pour ses élus,

et il vous remplira de ses grâces, de ses lumières,
de ses beautés et de son bonheur

Apprenez de Jésus la douceur et l'humilité
Ne vous laissez jamais abattre ni décourager par vos faiblesses,

et dès que vous croyez avoir commis une faute semblable
rentrez doucement en vous même;
présentez vous ensuite devant Notre Seigneur
dans une grande mais douce humiliation intérieure à la vue de vos misères.

Mais il faut que ce sentiment soit accompagné d'amour filial,
de désir de lui être agréable, et d'une confiance douce et pleine,
que loin de se facher contre vous
il aura pitié de votre faiblesse, de votre misère et de votre pauvreté.

Cela fait, tenez vous tranquille,
et apprenez que vous êtes toujours tout à Jésus et à Marie.

Eseignement du P. Libermann sur la prière - à un prêtre
Lettres Spirituelles, Tome III, page 462 - 29 Janvier 184
5

Partager cet article

Commenter cet article