Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au Spiritain Riant

Je ne suis pas Charlie

15 Janvier 2015 , Rédigé par Tristan Publié dans #Billet d'humeur

Je ne suis pas Charlie

Avant d’aller plus loin, je veux être bien clair ! Je condamne fermement les meurtres qui ont été perpétrés à la rédaction de Charlie Hebdo. Je condamne également tous les fanatismes, intégrismes et autres mouvements porteur de haine. Je m’insurge contre toute violence quelle qu'elle soit et en particulier contre les attentats. Les membres de Charlie hebdo, ne méritaient pas cela et je suis triste pour les familles endeuillées.

Cependant, j’aimerais avec vous, prendre un peu de hauteur. Alors je me lance : je le dis haut et fort, je ne suis pas Charlie !

  1. Charlie Hebdo s’est fait le chantre de la provocation soit disant. En fait, ils étaient non seulement irrespectueux mais également insultants. Ils se sont moqués des systèmes tyranniques et intégristes (ce qui est une bonne chose) mais ils se sont moqués aussi des croyances des uns et des autres. Ils se sont moqués des signes de la foi des uns et des autres. Certaines caricatures publiées dans Charlie Hebdo sont de mauvais goût. La majorité de leurs caricatures sur l'Islam relève d’une haine manipulatrice pour faire plaisir à leurs lecteurs. Le fameux dessin de Mahomet coiffé d’un missile n’était pas tant une dénonciation des islamistes qu’une assimilation stupide de l’Islam à la violence. On nous parle de respect à tout bout de champ. Mais quand Charlie Hebdo a-t-il été respectueux des convictions philosophiques ou religieuses ? Quand Charlie Hebdo a-t-il été respectueux des personnes ? Faire de l’humour d’accord mais jamais au détriment de l’autre, jamais sans vouloir humilier ou offenser l’autre (voir le très bon article d’Henri-Jérôme-Gagey Lire). Non je ne suis pas Charlie !
  2. Les journalistes se sont sentis atteints dans leur droit et dans leur travail, ce que nous pouvons aisément comprendre. Mais ils sont beaucoup moins nombreux à s’être élevés contre la vague d’attentat des années 80 (Liste ici). Ils n’ont pas plus été choqués par l’assassinat du dessinateur et caricaturiste Naji al-Ali, à Londres, le 22 juillet 1987, par le Mossad. Les journalistes n’ont pas remué ciel et terre lors de l'attentat du RER B à Saint-Michel le 25 juillet 1995 (8 morts et 117 blessés). Il n’y a pas eu de marche ou de protestation pour le massacre de Maguindanao (aux Philippines) le 23 novembre 2009 qui a fait 58 victimes, dont 34 journalistes. Les journaux sont assez silencieux sur les dizaines de morts chaque jour à Mexico à cause des Cartels de la drogue. Enfin les journalistes ne crient pas au scandale alors que les 11 millions de palestiniens voient leurs droits bafoués depuis près de 65 ans. À quand l’égalité dans l’information ? Quand est-ce que la fameuse « déontologie » journalistique va-t-elle être mise en œuvre ? Tant que les médias en général et les journalistes en particulier n’arrêteront pas de traiter l’information de manière partisane alors je ne serais pas Charlie !
  3. Cinquante chefs d’États ou de représentants, des centaines de milliers de manifestants. Tous les partis en rangs serrés lors des manifs, la Marseillaise chantée dans l’Hémicycle (chant appelant à faire couler le sang). C’est beau, c'est émouvant. Mais nous sommes dans la récupération idéologique et surtout politique ! Le Président de la République, qui avait une cote si basse qu’elle en devenait déshonorante, a réussi un joli coup médiatique. Il se pose comme le père de la nation endeuillée, l’homme de la situation (même certains chez Charlie Hebdo se sont désolidarisés de ces manifestations Voir ici). Monsieur le Premier Ministre E. Valls vient d’annoncer publiquement un train de réformes afin de sécuriser le pays que dis-je, de le mettre sous surveillance (nouveau fichier, suivi des mineurs radicalisés, surveillance d'internet, gestion des détenus islamistes radicaux...). La liberté et la justice sont mises sous tutelle. Il va y avoir une sorte de chasse à l’homme qui rappellera le maccartisme à ses heures de gloire. Attention à ceux qui n’auront pas défilé en janvier. Ceux qui n’auront pas été « Charlie » seront traqués. Tous ceux qui n’auront pas bêlé avec le troupeau seront coupables de sympathie envers l’ennemi. Avec ce slogan « Je suis Charlie », nous risquons de voir naitre un monde binaire comme le souhaitait George W. Bush « vous êtes avec nous ou contre nous » Alors désolé mais je ne suis pas Charlie !
  4. Enfin pour terminer je ne suis pas Charlie parce que je suis Tristan et que je ne veux pas perdre mon identité dans tout ce tapage médiatique. Je suis moi, être unique, doté de raison et qui compatit à la douleur des familles de victimes. Dire que je suis moi et non Charlie, c’est respecter ceux qui sont morts. Ce sont eux qui ont été victime de la haine et de la bêtise et non moi, ou aucun d’entre nous.

Pour terminer cette brève, je vous invite à aller lire l’article suivant. Il est plein de raisonnement et de sagesse. (Lire ici)

Partager cet article

Commenter cet article

rene lers 16/01/2015 18:47

BRAVO