Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au Spiritain Riant

Election mauricienne, ça sent mauvais

7 Décembre 2014 , Rédigé par Tristan Publié dans #Billet d'humeur

Election mauricienne, ça sent mauvais

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous sommes ici à Maurice, en pleine période électorale. En effet, sur proposition du Premier ministre, le président de la République de l'île Maurice, a officiellement dissous l'Assemblée nationale le 6 octobre 2014. Les élections législatives anticipées auront lieu le 10 décembre 2014. C’est donc l’effervescence à Maurice.

La politique à Maurice

  • ŸComme moi certainement, vous n’y connaissez rien à la politique de l’île Maurice. J’ai donc fait quelques recherches pour vous. Voici la composition du gouvernement actuel :

Président de la République : Kailash Purryag, élu le 21 juillet 2012

Premier Ministre : Navin Ramgoolam (en poste depuis le 5 juillet 2005)

Vice-président : Monique Ohsan Bellepeau (depuis le 13 novembre 2010)

Vice-Premier ministre : Rashid Beebeejaun (depuis le 7 juillet 2005)

Vice-Premier ministre : Anil Bachoo (depuis le 7 août 2011)

Chef de l'opposition : Pravind Jugnauth (depuis le 15 septembre 2014)

  • L’ile Maurice jouit actuellement d’un régime parlementaire. Le Premier Ministre est le chef du gouvernement. Le Président de la République est nommé par l’Assemblée Nationale sur proposition du Premier Ministre.
  • ŸL’échiquier politique est assez simple. Cinq partis se répartissent la quasi-totalité des voix. Depuis septembre, ces 5 partis ont conclu des alliances afin de remporter les élections législatives. Et c’est là que ça se gâte.

Les deux plus grands partis de l’Île, le PTr (Parti travailliste dont font partie le Président et le 1er ministre) et le MMM (Mouvement militant mauricien de Paul Bérenger) se sont alliés. Or, jusqu’au lundi 15 septembre, Paul Bérenger était le chef de l’opposition. Autrement dit, il s’est allié à son ennemi politique, Navin Ramgoolam. Incroyable mais vrai. À eux deux, ils ont formé « L’alliance de l’unité et de la modernité ».

En face des « rouges-mauves » (autre nom de « L’alliance de l’unité et de la modernité »), s’est forgé l’alliance « Lepep » qui rassemble le MSM, le PMSD et le ML (dirigés respectivement par Naindo Bodha, Mamade Khodaboccus, Eddy Boissezon). Tous anciens ennemis, et rivaux. Sachant qu’ils n’auraient aucune chance de gagner des places au Parlement, ils se sont alliés, prêt à oublier leurs anciennes querelles.

Election mauricienne, ça sent mauvaisElection mauricienne, ça sent mauvaisElection mauricienne, ça sent mauvais
Election mauricienne, ça sent mauvaisElection mauricienne, ça sent mauvaisElection mauricienne, ça sent mauvais

Quelques réflexions personnelles.

  • Ces deux alliances n’ont pas vraiment de programme. Chacun parle, « blablate » mais grosso-modo ne propose rien de concret. Pas de projet de société, aucune vision pour l’avenir. Rien, seulement quelques promesses creuses. Il y a beaucoup de coup bas, et cela va empirer m’a-t-on dit.
  • ŸAutre souci de ces élections : Il semble que l’on « achète » les votes en faisant de petits cadeaux. Enfin, c’est ce qui se raconte car je n’ai rien vu de tel jusqu’à présent. Mais la rumeur cours de-ci de-là que les différents acteurs politiques font des « faveurs ». En tous cas, il est clair que plein de projets sont avalisés en ce moment. Et des chantiers, prévus de longues dates, démarrent comme par miracle. Cette semaine, aux informations, on avertissait notamment la population de travaux sur les lignes électriques.
  • En France, les avant élections sont très surveillés, notamment les temps de paroles. Ici, à première vue, les candidats ou tout au moins les partis ou alliance ne sont pas traités de la même manière. La MBC, principale télévision du pays a donné des temps de parole bien différent la semaine dernière par exemple. Pour les radios, il en est de même. C'est un peu gênant que la population n'est pas accès aux informations de manières plus large.
  • ŸLes gens ne savent pas vraiment pour qui voter. Manifestement ces élections sont teintées de communalisme. Autrement dit, les hindous votent pour les hindous, les musulmans pour les musulmans et pour les autres (ce qu’on appelle « population générale), ils voteront soit pour les plus forts, soit pour les candidats de leur communauté (créole, asiatique, « Grand blanc »). Bien entendu, chaque camp accuse l’autre de faire le jeu du communalisme.
  • ŸEn cas de victoire aux prochaines législatives, « L’alliance de l’unité et de la modernité » a annoncé qu’elle procèdera à un changement de constitution. La IIème république verra le président de la République élu au suffrage universel. Ses pouvoirs seront étendus, tandis que ceux du Premier Ministre seront revus à la baisse. Personnellement, je reste perplexe face à cette proposition. D’une part, ce changement constitutionnel est important mais le peuple mauricien ne sera pas consulté par référendum. C’est donc à mon sens, une sorte de « coup d’état » démocratique. D’autre part, ce changement de régime est mis en place afin de réduire le pouvoir considérable du Premier Ministre. Mais en réalité, les choses resteront inchangées puisque ce pouvoir sera seulement transféré à un autre. C’est un peu le jeu des chaises musicales, ou si vous préférez, déshabillé Pierre pour habillé Paul.
  • La position de l’Église. Bien évidemment, elle ne donne pas de consigne de vote et ne présente aucun favori. À travers les revues, les messages radiophoniques et les lettres circulaires lues dans les églises de l’Île, elle appelle les électeurs à la réflexion, à ne pas céder aux faveurs, et à participer sans violence ni fanatisme. L’Église appelle les partis politiques à présenter de vrais programmes, à débattre démocratiquement et à proposer « des choix cohérents et justes en matière sociale, économique, morale, écologique. » Pour aller plus loin, je vous renvoie au document qu’a publié la commission Justice & Paix cliquer ici

Les sources :

Lemauricien
Lexpress
Wikipedia
MBC

Partager cet article

Commenter cet article