Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au Spiritain Riant

Vœu de célibat ou de chasteté, quelles différences ?

7 Novembre 2014 , Rédigé par Tristan Publié dans #Foire aux questions

Ceci est un article de fond qui essaye de traiter la question dans son ensemble. Prenez-le temps de le lire jusqu’au bout.

Vœu de célibat ou de chasteté, quelles différences ?

Avant de répondre directement à la question, il faut prendre conscience que ces notions sont à la fois proches et distinctes. Elles peuvent être comprises de manière différente selon notre état de vie. En effet, le célibat et la chasteté peuvent être vécus par tous mais selon différents modes. Par conséquent, il est nécessaire de savoir que l’Église distingue plusieurs états de vie :

- Les laïcs célibataires, les laïcs mariés ;
- Les prêtres diocésains ;
- Les religieux (frères ou prêtres) et les religieuses.

Les laïcs sont appelés à la chasteté.

La chasteté trouve son origine dans la figure de Jésus-Christ. La vie de Jésus est tissée de rencontres. Il n’esquive personne. Le choix de ses rencontres ne se fait pas en fonction de ses propres conceptions ou au gré de ses envies. Jésus s’est donné totalement et a mis toute son énergie au service de Dieu et de ses frères humains. L’Église a reconnu dans la vie de Jésus, un mode de vie et a reçu de son enseignement ce que l’on appelle les « conseils évangéliques », que chacun est invité à vivre.
Or, contrairement à ce que l’on entend couramment, la chasteté n’est pas réservée à quelques-uns. En effet, les chrétiens, quel que soit leur état (célibataire, consacré), sont appelés à vivre la chasteté, y compris les personnes mariées. Le Catéchisme de l’Église Catholique est clair sur ce point : « Tout baptisé est appelé à la chasteté. Le chrétien a " revêtu le Christ " (Ga 3, 27), modèle de toute chasteté. Tous les fidèles du Christ sont appelés à mener une vie chaste selon leur état de vie particulier. Au moment de son Baptême, le chrétien s’est engagé à conduire dans la chasteté son affectivité. » (CEC n°2348)
Autrement dit, dans l'Église catholique, la chasteté ne se réduit pas à la sexualité mais peut être définit plus largement comme ce qui englobe l’ensemble des relations affectives entre personnes. Toute relation humaine est à vivre de manière chaste : par exemple dans l’amitié ou je respecte la liberté de l’autre sans que je veuille en faire mon « jouet », les relations professionnelles ou je n’essaye pas d’exercer un pouvoir sur l’autre. La chasteté, comme vertu chrétienne, est respect de la liberté de l’autre, ouverture à l’autre. Je suis au service de l’autre sans vouloir me servir de l’autre.
En ce qui concerne le couple, la chasteté est, elle aussi, de rigueur. Mais entendons-nous bien. La chasteté n’est pas un renoncement à la sexualité dans le couple. Au contraire, la chasteté dans le mariage est une manière de vivre pleinement sa sexualité. La chasteté dans le mariage, consiste à recevoir l'autre comme un don et à être reçu soi-même comme un don. La chasteté implique donc la notion de réciprocité.

Les prêtres sont appelés au célibat.

Les prêtres diocésains ne font pas vœu de chasteté mais font promesse de célibat et d'obéissance à leur évêque. La nuance est très subtile.
Dès l’aube du christianisme, à la suite des paroles de Jésus (Matthieu 19,12), les chrétiens ont mis à l’honneur le célibat « pour le Royaume de Dieu ». On n’utilisait pas le mot « célibat » en tant que telle mais on parlait plutôt de virginité. Ce célibat supposait la continence comme règle absolue. Au cours des siècles, il s’est imposé peu à peu (cf article le célibat). Aujourd’hui, le célibat est une exigence demandée par l’Église mais sans pour autant être essentiel (même s’il est obligatoire dans l’Église catholique de rite romain).

Qu’est-ce que le célibat sacerdotal ? Il est avant tout une manière sociale de vivre, autrement dit, c’est un état de vie. À l’image de Jésus le prêtre se rend disponible pour vivre avec le Christ et se mettre à son service. Cependant, le célibat, avant d’être un moyen est un signe de l'amour total de Dieu pour l’humanité. En effet, le célibat sacerdotal « prouve » que Dieu peut combler le cœur de l’homme. D’autre part, le célibat a une dimension eschatologique. En des mots plus simples, il est un signe non seulement pour aujourd’hui (le Royaume de Dieu est au milieu de nous) mais également pour l’avenir. Autrement dit, le célibat rappelle que nous sommes appelés à aller vers Dieu, qu’il est notre but ultime.
Dans le célibat librement consenti, le prêtre renonce à aimer une personne en particulier afin d’aimer toute personne rencontrée. Par conséquent, le prêtre devient disponible à toute rencontre et à tout moment. En fin de compte, le célibat sacerdotal n’est pas un repliement sur soi. Au contraire c’est une ouverture totale pour une plus grande communion avec tout un chacun. Le prêtre, est donc, au service non seulement de la communauté chrétienne mais également des hommes et des femmes (qu’ils soient croyants autrement ou même athée). Le célibat sacerdotal appelle donc le prêtre à se donner comme un frère, comme un père.
Le sens du célibat sacerdotal, c’est de suivre Jésus dans son état de vie, de célibataire. Le prêtre est donc appelé, à lui ressembler, il est invité à se conformer au Christ-prêtre.

Mais qu’en est-il de la chasteté ?
Si les prêtres diocésains font promesse de célibat, ils ne font pas pour autant vœu de chasteté. Est-ce à dire qu’ils n’ont pas à vivre la chasteté ? Comme nous ne disions pour les laïcs, les prêtres sont bien évidemment appelés à la chasteté car ils sont baptisés. La chasteté concerne le cœur et le regard d’avantage que l’état de vie ; le célibat n'étant qu'un aspect de la chasteté que tout prêtre essaye de vivre.

Les religieux et les religieuses sont appelés à la chasteté.

Comme tout baptisé, les religieux sont appelés à la chasteté mais qu’en plus, ils en font profession pour donner force au témoignage. Les religieux et les religieuses, dans leur immense majorité, prononcent trois vœux : pauvreté, chasteté et obéissance.
Puisque le jour de leur engagement dans la vie religieuse, ils prononcent les trois vœux simultanément, il est nécessaire d’interpréter cet appel à la chasteté en relation avec les deux autres vœux. C’est un tout. Autrement dit, c’est dans ce triptyque que doit se comprendre la chasteté dans la vie religieuse. Les trois vœux s’éclairent mutuellement. Il s’agit pour le religieux ou la religieuse de se tenir à la juste distance dans leur rapport avec leurs frères et sœurs : se tenir ni trop près ni trop loin (maîtrise de soi). Il s’agit de vivre l’amitié pour le prochain dans le respect mutuel, afin que chacun reste libre de lui-même.

Le religieux ou la religieuse ne vit pas plus la chasteté que le prêtre diocésain. Cependant son engagement à la chasteté est « plus » fort dans la mesure où il s’engage publiquement à mettre cette vertu au centre de sa vie. C’est un choix radical. Il s’engage davantage sur le chemin de la chasteté qui pour lui ne se réduit pas à une attitude extérieure mais bien à un attachement profond au Christ.


Pour aller plus loin, vous pouvez consulter ces liens.

  • Textes simples

Chasteté, abstinence, et célibat

Chasteté : quelques points de repères

La chasteté, pour qui ?

  • Pour une réflexion plus approfondie :

La chasteté dans le couple

La chasteté, une vertu pour tous

La chasteté comme puissance d’amour.

Regard catholique sur le corps et la sexualité (ce que pense réellement l’Église Catholique sur le corps)

Partager cet article